Download Abreges pour les aveugles - portraits et doctrines de by Alain PDF

By Alain

Show description

Read or Download Abreges pour les aveugles - portraits et doctrines de philosophes anciens et modernes. PDF

Best other social sciences books

Societies: Evolutionary and Comparative Perspectives

This can be the 1st of a two-volume learn of
societies that pursues and expands upon
comparative difficulties and techniques pioneered
by Max Weber which will observe and
further strengthen the final idea of action.
This concept is explicitly formulated in
congruence with the foremost tenets of modern
evolutionary biology, starting with the notion
that normal styles of tradition serve as
structural anchors of motion platforms in the
same method that genetic styles anchor species.
In Parsons' view, genetic structures and cultural
systems impose the main cybernetic
limits in which human organisms can
develop structurally self sustaining personality
systems and social platforms. All of those analytically
independent structures are visible to interpenetrate
and articulate at the same time in
a hierarchy of keep watch over and a hierarchy of
conditioning components, in order that the relatively
"high details" platforms exert organizing
control over these decrease details "high
energy" platforms that set precious yet not
sufficient stipulations underlying motion.

Extra info for Abreges pour les aveugles - portraits et doctrines de philosophes anciens et modernes.

Example text

Mais Hume la prend dans la perception même, et c'est là qu'il la nie. Voilà une bille de billard qui va en choquer une autre et vous prétendez décider d'avance ce qui arrivera ; mais si j'oublie par jugement, si je nie avec assez de force les discours habituels et le souvenir des expériences passées, je ne trouve en cette Alain, Abrégés pour les aveugles (1942) 39 perception que des impressions qui changent, sans rien de certain ni même d'intelligible sur la chose même et ses propriétés. Je sais passablement ce qui est arrivé déjà dans des cas à peu près semblables à celui-là ; mais ces expériences, évidemment, ne sont pas ici parmi les causes.

Le fétichisme, le polythéisme, le monothéisme en seront les principales subdivisions. Ce progrès qui conduisait du concret à l'abstrait, du désordre à l'ordre, de l'incohérent au cohérent, tendait, au fond, à régler nos conceptions sur l'ordre extérieur même ; mais il prenait la forme de la négation et de la critique. La discussion, plutôt que l'expérience, en fut le moyen. L'édifice des idées devenait de plus en plus pauvre et cohérent, trop loin de l'ordre extérieur pour être contrarié ou fortifié par lui, soutenu par la passion dogmatique seule, et surtout négligeant, oubliant la nature sociale, dont la naïve théologie offrait du Alain, Abrégés pour les aveugles (1942) 49 moins une fidèle image.

Les mathématiques seraient donc analytiques, autrement dit bornées au simple développement de définitions non ambiguës ; et les sciences expérimentales devraient être dites synthétiques au contraire, l'expérience joignant à la notion commune de l'or cette propriété de peser dix-neuf fois autant que l'eau à volume égal, ce qui n'est certainement point contenu dans la définition par les réactions chimiques. Cette distinction bien considérée, Kant découvrit qu'elle était fausse. Ici se trouve la clef de cette philosophie un peu aride et difficile à résumer.

Download PDF sample

Rated 4.52 of 5 – based on 34 votes