Download Illegitimacy as a Social Problem by Shirley F. Hartley PDF

By Shirley F. Hartley

Show description

Read or Download Illegitimacy as a Social Problem PDF

Best other social sciences books

Societies: Evolutionary and Comparative Perspectives

This can be the 1st of a two-volume learn of
societies that pursues and expands upon
comparative difficulties and techniques pioneered
by Max Weber with a view to practice and
further enhance the overall conception of action.
This thought is explicitly formulated in
congruence with the key tenets of modern
evolutionary biology, starting with the notion
that normal styles of tradition serve as
structural anchors of motion platforms in the
same method that genetic styles anchor species.
In Parsons' view, genetic structures and cultural
systems impose the most important cybernetic
limits in which human organisms can
develop structurally autonomous personality
systems and social structures. All of those analytically
independent platforms are noticeable to interpenetrate
and articulate concurrently in
a hierarchy of keep an eye on and a hierarchy of
conditioning elements, in order that the relatively
"high details" platforms exert organizing
control over these decrease details "high
energy" platforms that set priceless yet not
sufficient stipulations underlying motion.

Extra info for Illegitimacy as a Social Problem

Sample text

Ce sont les trois sciences théorétiques. A. Objet Les mathématiques pures n ' ont pour obj et que des êtres immobiles, à la différence des mathématiques appliquées (l' optique, l ' harmo­ nie, l' astronomie) dont les objets sont engagés dans la matière mouvante. L' opposition à Platon, qui avait placé à la porte de son nul n ' entre ici s ' il n ' est géomètre » , est flagrante : Académie : les mathématiques n ' ont pas un rôle central, ou initiatique (prépa­ rer l ' âme, enfermée dans la caverne du sensible et la prison de son corps, à monter vers les Idées suprasensibles) .

Le mécanisme n ' est pas rej eté. Il est intégré à une théorie plus large : Pas de finalité qui ne repose sur un mécanisme, pas de mécanisme brut tel que le suppose la physique matérialiste » (Moreau, Aristote, PUF, 1 962, p. 1 1 6). Ce qui explique le recours, pour expliquer les changements, aux éléments* constitutifs des êtres, aux quatre éléments de la physique traditionnelle, ces ancêtres lointains des molécules et particules de la science moderne. c. Éléments naturels Quatre qualités sensibles principales : le chaud, le froid, le sec, l'hu­ mide.

Mais l ' homme ne peut atteindre cet idéal que par moments. Ce qui est accessible aux hommes, dans l ' existence pratique qui est la leur, c ' est la phro nésis, la prudence, ou sagesse pratique, qui sait déterminer de façon concrète la conduite la meilleure en tenant compte des circons­ tances particulières. Sur le plan éthico-politique, il faudrait unifier toutes les vertus chez les citoyens, car la cité heureuse est la cité vertueuse : mais les vertus civiques ne sont pas les vertus éthiques et, d' ailleurs, les vertus éthiques ne pas sont, chez l ' homme indi­ viduel, des vertus intellectuelles ou diaonétiques : les premières sont des qualités du caractère (ethos), les secondes, des qualités de la pensée (dianoia).

Download PDF sample

Rated 4.95 of 5 – based on 5 votes